La production de programmes audiovisuels pour internet

La production de programmes audiovisuels pour internet

Angelique Aizpitarte Aucun commentaire 12 février 2019 09:00:00 CET Tendances Vidéo Marketing

Le CSA a publié il y a quelques jours un rapport sur la production des programmes audiovisuels pour internet. Nous avons lu ce document de 64 pages pour vous, et nous vous proposons un résumé de ce qui est intéressant de retenir à propos des usages, de la création et des audiences des vidéos en ligne. Toutes les statistiques, et interprétations sont tirées de ce document.

1 - La vidéo en ligne est toujours plus consommée  

De plus en plus de Français regardent du contenu vidéo sur Internet. La moitié du temps passé sur internet (1h28 en moyenne par jour) est utilisé pour consulter des vidéos ou les réseaux sociaux. En effet, 63% des Français regardent une vidéo tous les jours (ou presque), et ce pourcentage est encore plus impressionnant pour la tranche d'âge 18-24 ans avec 84% d'entre eux. Le temps passé sur la plus célèbre des plateformes grand-public (Youtube) depuis un mobile a augmenté de 45% en un an.

2 - Une création enfin reconnue à sa juste valeur 

C'est un constat implacable, les budgets alloués à la création vidéo destinée à un usage exclusivement numérique sont beaucoup moins importants que ceux dédiés à la télévision. 

"Le coût minute moyen d'une web série serait neuf à dix fois moins élevé que celui d'une oeuvre de fiction pour la télévision et celui d'un web documentaire serait trois fois moins élevé qu'à la télévision". 

CSA, La production de programmes audiovisuels pour internet (page 7-52)

Pour encourager les créateurs de vidéo dans leurs projets, le CNC à ouvert CNC Talent, un fonds d'aide d'un montant de 2 millions d'euros par an avec des dotations à hauteur de 30 000 à 50 000 euros (le montant alloué dépend de la notoriété et de la reconnaissance des créateurs). 97 projets ont déjà été financés par le CNC.

Le CNC a aussi a coeur d'accompagner les projets visant à apporter une expérience numérique aux spectateurs, comme des applications mobiles ou des projets transmédia. Depuis 2017, la quasi totalité de ce fonds a été alloué à des projets de réalité virtuelle ou augmentée, soit près de 4 millions d'euros.

On le voit, la France a enfin pris en compte les créateurs de contenu vidéo sur Internet et s'intéresse de plus près à leurs projets. 

3 - Des formats spécifiques à Internet 

Les contenus créés exclusivement pour Internet suivent des tendances communes :

  • Le format court est privilégié. 
    Plusieurs raisons pourraient justifier le choix de ce format par les créateurs. La première est sociologique : l'attention des internautes serait plus faible que celle des téléspectateurs et pour optimiser l'impact des vidéos, les créateurs réduisent leur longueur.
    Une des autres raisons engendré par ce postulat, est que YouTube, la plateforme la plus utilisée par ces créateurs, prend en compte le rapport entre la durée de visionnage et la durée totale de la vidéo. Plus ce rapport est grand, plus la plateforme mettra en avant le créateur (dans les suggestions ou sur la page d'accueil). Les vidéastes se focalisent donc sur du contenu plus court pour optimiser ce ratio.
    Enfin, les investisseurs seraient plus enclins à encourager plusieurs contenus courts plutôt qu'un programme plus long. 
  • Les formats carré et vertical adaptés aux mobiles.

    IMG_9930Les chaînes de télévision investissent également dans la création de contenus dédiés à une diffusion numérique. Ces contenus, inédits, font émerger des nouvelles formes de narration, comme l'utilisation du format 9/16 (aussi appelé format vertical) qui permet d'optimiser les interactions avec le spectateur, qui se retrouve "à la place du protagoniste" ce qui induit une proximité plus importante et des émotions décuplées.
    Le format carré est également très utilisé pour des diffusions sur les réseaux sociaux, pensé pour la lecture automatique, et adapté aux écrans mobiles

    En savoir plus : Tout savoir sur les vidéos au format carré (1:1)

  • Le sous-titrage utilisé pour s'adapter aux usages
    Dernière tendance, les vidéos destinées à être regardées sur Internet et en particulier sur mobile sont sous-titrées, afin qu'elles soient vues, comprises et retenues par une audience qui les regardent sans son.
    C'est également une excellente manière de rendre accessible du contenu audiovisuel aux personnes souffrant de troubles auditifs, malentendantes ou sourdes. 

Pour accéder au document complet du CSA, je vous invite à vous rendre sur leur site.

Rapport du CSA 2019

logo_libcast

Libcast, la plateforme vidéo pour les professionnels !  

Notre service est utilisé par de nombreuses entreprises pour héberger, diffuser et collecter toutes leurs vidéos destinées à être distribuées sur des supports internet.
Découvrir Libcast
Angélique AIZPITARTE

Angélique Aizpitarte 
Content Manager
@Libcast